Avertir le modérateur

20/10/2008

Paysans et pays sur Google : Burkina Faso, Mali, Sénégal

ImageForPaysan.jpegQue contiennent les résultats de Google.fr relatifs aux requêtes "intile:burkina paysans", "intitle:mali paysans" et "intitle:sénégal paysans". Vous l'aurez compris, je cherche à savoir, pour chacun des trois pays cités (Burkina Faso, Mali, Sénégal), ce qui, dans les résultats visibles de Google.fr, est mis en scène lorsqu'on parle des paysans. Pourquoi cela m'intéresse tant ? Eh bien, pour deux raisons : la première est affective, personnelle. Je suis le fils d'un paysan et d'une paysanne d'Afrique des villages. La deuxième, au-delà des considérations personnelles, tient au fait que je pense qu'il est vraiment urgent d'attirer l'attention sur les paysans africains toujours stigmatisés mais longtemps ignorés dans les programmes d'aide au développement des pays africains. Ces braves paysans africains qui ont toujours vécu à la sueur de leur front depuis des millénaires et qui, aujourd'hui, selon une formule qu'affectionnait un célèbre homme politique burkinabè, ont juste besoin de "l'aide qui les aide à se passer de l'aide" pour aménager leur environnement et asseoir de façon maîtrisée leur développement durable.

Le premier graphique ci-après présente la répartition des "actants" (qui ont pouvoir d'action) qui sont mis en scène dans les trois corpus de résultats-Google relatifs aux trois requêtes utilisées :"intile:burkina paysans", "intitle:mali paysans" et "intitle:sénégal paysans".

paysans_burkina_mali_senegal_sur_google_fr.png

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

Le deuxième graphique ci-après présente la répartition des "actés" (objets sur lesquels ont peut agir) qui sont mis en scène dans les trois corpus de résultats-Google relatifs aux trois requêtes utilisées : "intile:burkina paysans", "intitle:mali paysans" et "intitle:sénégal paysans".

paysans_burkina_mali_sénégal_sur_google_fr(2).png

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

Ces deux graphiques permettent de faire les observations suivantes :

1. D'une façon générale, les associations (dont les organisations paysannes) et les ONG d'une part, le triptyque "eaux terre arbres" d'autre part, sont les références les plus saillantes.

Mais si on regarde dans le détail on s'aperçoit que :

2. les références "associations ONG", "aide solidarité", "techniques technologies", "chimie-bio-génétique" (référence à l'usage des engrais, aux autres fertilisants et aux OGM en particulier) et "formation et apprentissage" sont nettement plus accentuées dans le "corpus Burkina Faso" que dans les "corpus Mali/Sénégal" ;

3. les références "banque finance" (le micro-crédit), "chercheurs experts" et "semences" (les semences paysannes notamment) sont nettement plus convoquées dans le "corpus Mali" que dans les "corpus Burkina/Sénégal" ;

4. quant au "corpus Sénégal", il se distingue des "corpus Burkina/Mali" par une insistance plus marquée sur le triptyque "eaux terre arbres" et sur les références "instances politiques" (gouvernement, ministères etc.) et "organisations internationales".

Il apparaît donc que les mises en scènes référentielles inscrites dans les trois corpus présentent des accents singuliers qui révèlent, à mon sens, des différences d'approche face aux problématiques paysannes.

Quelques exemples significatifs à titre illustratif :

- Suite à un engagement pris avec le gouvernement américain il y a de cela 4-5 ans, le Burkina Faso est devenu, depuis juillet 2008, le troisième producteur d'OGM (organismes génétiquement modifiés) en Afrique, après l'Afrique du Sud et l'Egypte. En effet, au début juillet 2008 l'Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles du Burkina (INERA) et MONSANTO ont signé un accord commercial qui organise l'importation de semences transgéniques destinées à être reproduites en champ. Le gouvernement burkinabè a même affiché son intention de procéder à partir de 2009 à la généralisation du coton transgénique, après des tests jugés probants de variétés locales génétiquement modifiées. La COPAGEN Burkina (Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africain) a demandé un moratoire de 5 ans, soulignant le danger que représente les OGM pour la santé, les terres, la vie des générations à venir et le risque de mettre leur production sous dépendance. Mais, il faut savoir qu'en ce qui concerne le coton en particulier, le Burkina Faso en serait le 2ème producteur d'Afrique derrière l'Egypte. Il ferait vivre 20%de la population, rapporterait 60% des recettes d'exportation et représenterait un quart du PIB burkinabè. C'est dire que ce secteur n'est pas anodin pour l'économie du pays...

- Du 17 au 21 février 2007 s'est tenu à Bamako - Mali un atelier organisé par la CNOP (Coordiantion Nationale des Organisations Paysannes du Mali), l'association BEED et l'IIED (Institut International pour l'Environnement et le Développement) : "Privatisation des semences, quels enjeux pour l'Afrique de l'Ouest ?" A l'issue de cet atelier, les participants déclaraient : "Nous paysans, éleveurs nomades et représentants de la société civile et des mouvements sociaux et environnementaux de 17 pays, principalement d'Afrique de l'Ouest, avec des représentants d'Afrique du Nord, d'Amérique du Sud et d'Europe [...] décalarons : soutenir l'utilisation des semences paysannes pour la souveraineté alimentaire [...] interdire les OGM sur le sol d'Afrique [...] favoriser les échanges entre paysans et les innovations paysannes [...]" (Déclaration intitulée : "Semences paysannes, fondement de la souveraineté alimentaire en Afrique" ; c'est moi qui souligne).

- "Eaux arbres terres", un équilibre précaire en zone sahélo-saharienne. Quand il n'y a pas d'arbres, l'eau se fait rare. L'eau de pluie ne restera pas dans le sol, surtout en zone sahélienne. Elle s'évaporera rapidement dans l'air, ou se déplacera sur la surface du sol, entraînant avec elle la terre arable. Le sol deviendra pauvre et infertile. Tel est le processus de la désertification. Selon les experts, cette désertification a fait perdre au Sénégal près de 2 millions d'hectares de terres arables. Ce n'est donc pas pur harsard si le Sénégal a accueilli le siège de la Commission de coordination d'un ambitieux projet panafricain : le projet de la Grande Muraille Verte (GMV). C'est un projet  de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad) qui est soutenu par l'Union africaine. Il s'agit d'un vaste programme de reboisement qui ira de Dakar à Djibouti. Cette bande verte fera 15 kilomètres de large et 7000 kilomètres de long. Elle traversera le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Soudan, l'Erythrée et finira à Djibouti. Le projet prévoit également la construction de 80 bassins de rétention par pays traversé et l'introduction d'animaux sauvages dans la végétation qui sera formée.

Je n'ai pas l'outil de mesure pour savoir si cette Afrique-là est "assez entrée dans l'Histoire". Je suis cependant sûr d'une chose : cette Afrique-là est loin d'être figée, immobile, fataliste, pleurnicharde sur son sort. Non, il s'agit d'une Afrique qui se projette  et qui bouge, qui cherche des solutions à ses problèmes. Croyez-moi, cette Afrique-là n'est pas du tout empêtrée dans une prétendue crise identitaire, dans l'obsession d'un passé supposé glorieux ou d'un paradis perdu.  Je vois là une Afrique en quête et en désir d'un avenir meilleur. Il s'agit d'une Afrique en lutte et en éveil sur ses réalités. Cette Afrique-là, si elle a besoin d'accompagnement concret et efficace, de solidarité humaine tout simplement, elle a aussi besoin qu'on la respecte un peu.

Tout acte de communication fait implicitement présomption de sa propre pertinence :

« Demandant l’attention d’autrui, tout communicateur donne à entendre que son message est pertinent. La tâche du destinataire est alors de construire une interprétation du message propre à confirmer cette présomption de pertinence. » (Sperber et Wilson. Relevance : Communication and Cognition 1986)

Chers amis internautes, à vos claviers donc ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Cet article est libre de droit. Mais je compte sur votre bienveillance pour citer mon blog (pointer vers moi) en cas de reprise totale ou partielle de son contenu. Merci beaucoup !

 

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

http://www.wikio.fr

 

Nombre total de Visiteurs uniques du site depuis Février 2008

 

Commentaires

Bonjour
Je suis de nationalite centrafricaine, et Coordonnateur d'une ONG Action Sociale Humanitaire qui s'occupe de developpement local, paysanne.
Je suis interesse par votre intervention et votre reseau de travail. Je vous ecris pour vous representer en Afrique centrale. Si oui, que faut il faire?
Toute fois, vous pouvez me mettre en contact avec d'autres investisseurs qui s'interessent pour l'Afrique centrale.

Dr Boniface Nzonikoua

Écrit par : Nzonikoua Boniface | 31/08/2009

Article original et fort intéressant. Merci de cette information.

Écrit par : black hattitude - Insolite | 21/09/2009

A Nzonikoua,

Je vous remercie beaucoup de votre message. Vous pouvez m'écrire via mail. Vous trouverez mon mail dans la rubrique "A propos".
Merci et bon courage à vous !
A bientôt,

O.S.

Écrit par : Webthemic | 30/09/2009

je reviendrai régulièrement vous lire. Pardon pour les fautes éventuelles, n'étant pas francophone, j'ai utilisé Google Translate.

Écrit par : Transpiration | 05/04/2010

Je peux vous aider, envoyez moi un email

Écrit par : prono match | 12/07/2010

Bonjour, je me suis trompé dans l'email, contactez moi par email si je peux faire qq chose pour vous aider.

Écrit par : prono match | 12/07/2010

bonjour
je suis un de la commité d'organisation d'un salon international du textile Africain (SITA) que nous organisons du 22 au 28 Octobre 2010 à Ouagadougou. nous organisons aussi à l'issue du salon un forum dont le thème est "les enjeux du coton 50 ans après les independances"
nous vous invitons à y participé pour vous exprimer et faire valoir vos idées.
les frais de participation s'élèvent à 250 000 FCFA pour les étrangés y compris l'hebergement, la restauration, le kit, et 50 000 FCFA pour les résidents à ouagadougou.

en esperant vous lire très bientot veuillez recevoir nos salutations les plus sincères

Écrit par : Roland TOE | 30/08/2010

Hello friends,this is a nice site and I wanted to post a note to let you know, good job! Thanks
Best regards, Natali, CEO of iscsi read only

Écrit par : blue ray burners for pc | 25/02/2011

Achat d'or à Genève. Valeur de l'or en suisse.

Écrit par : action minières | 25/11/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu