Avertir le modérateur

01/11/2008

Tourisme : Burkina versus Sénégal sur Google.fr

fespacoBurkina.jpeg

Le tourisme est devenu la première industrie selon l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Elle représenterait SenegPlage4.jpeg12% du PIB mondial et emploierait plus de 200 millions de personnes (8% des actifs). Secteur économique incontournable pour certains pays du Nord comme du Sud, le tourisme est envisagé comme un acteur majeur du développement et de la lutte contre la pauvreté.

Aussi ai-je voulu savoir ce que nous révèlent les résultats visibles de Google.fr concernant le tourisme au Burkina Faso (requête = intitle:tourisme burkina) et au Sénégal (requête = intitle:tourisme sénégal), deux pays francophones d'Afrique de l'Ouest. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet une petite présentation des deux pays s'impose.

Situé dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est un pays continental de 274 200 km2, sans débouché sur la mer. Il est limité au Nord et à l'Ouest par le Mali, au Nord-Est par le Niger, au Sud-Est par le Bénin et au Sud par le Togo, le Ghana et la Côte d'Ivoire. Le point le plus proche de l'Océan Atlantique est éloigné de 500 km. De climat tropical, le Burkina Faso possède une saison sèche et une saison des pluies.

Occupant l'extrémité la plus occidentale du continent africain, sur une superficie de 197 000 Km2, le Sénégal est limité à l'Ouest par l' Océan Atlantique (530 km de côte), au Nord par la Mauritanie, à l'Est par le Mali, au Sud par la Guinée et la Guinée Bissau. La Gambie, constituée d'une bande de terre longue de 350 km en bordure du fleuve , est enclavée dans son territoire sénégalais. Le climat y est tropical et sec avec, là encore, deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies.

Le graphique ci-après présente la répartition des taux d'occurrences de douze univers de références dans les deux corpus de résultats-google.

tourisme_burkina_versus_sénégal_sur_google_fr.png

Observations :

1. Le corpus "tourisme burkina" se distingue par une insistance nettement plus marquée sur les références sémantiques "tourisme alternatif", "culture/culturel", "association-ong" et "villages". Il faut savoir que le tourisme dit "alternatif" se veut être un genre de tourisme qui met au centre du voyage la rencontre, l'échange, la découverte d'autres cultures. Il privilégie l'implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, et une répartition plus équitables des ressources générées. Par conséquent, l'univers de référence sémantique "tourisme alternatif" regroupe principalement ici les références - dans les résultats visibles de google.fr bien entendu - au tourisme dit "responsable", au tourisme dit "équitable" et au tourisme dit "solidaire".

2. Le corpus "tourisme sénégal" se singularise par une insistance nettement plus prononcée sur les références sémantiques "hôtel", "guide/annuaire", "nature/chasse/pêche" (mer et fleuve compris), "agence de voyage", "sport/loisirs/sexe", "vacances" et "villes". C'est dire que le corpus "tourisme sénégal" porte singulièrement les "marqueurs" du tourisme dit de "masse" (le Sénégal est un des rares pays africains à recevoir une part significative des 4%  d'arrivées de voyageurs que reçoit l'Afrique, d'après l'OMT). Avec le tourisme de masse, les touristes veulent avoir le même confort que chez eux. Ils veulent manger, boire, parler, se divertir et être informés comme d'habitude et ne prennent pas le temps de connaître le pays visité.

C'est connu, le tourisme de masse, en dépit de la manne financière qu'elle génère, a souvent des répercussions négatives sur la population et l'environnement : production énorme de déchets, consommation élevée d'énergie et d'eau. La culture locale peut même perdre du terrain si on n'y prend garde. Ces effets nuisibles me conduisent à penser qu'il est préférable, pour les pays africains en tout cas,  d'encourager voire d'exiger un tourisme durable capable de conjuguer la liberté du voyage et du tourisme avec le respect des populations et des régions visitées.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Tout acte de communication fait implicitement présomption de sa propre pertinence :

« Demandant l’attention d’autrui, tout communicateur donne à entendre que son message est pertinent. La tâche du destinataire est alors de construire une interprétation du message propre à confirmer cette présomption de pertinence. » (Sperber et Wilson. Relevance : Communication and Cognition 1986)

Chers amis internautes, à vos claviers donc ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Cet article est libre de droit. Mais je compte sur votre bienveillance pour citer mon blog (pointer vers moi) en cas de reprise totale ou partielle de son contenu. Merci beaucoup !

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

http://www.wikio.fr

Nombre total de Visiteurs uniques du site depuis Février 2008


Afrigator

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu