Avertir le modérateur

18/11/2008

Le thème de l'enfant sur Google : Afrique, Asie, Europe

EnfantsMonde1.jpeg

De quoi parle-t-on quand on évoque, sur Internet, le thème de l'enfant "en Afrique", "en Asie", et "en Europe" ? Quelles images nous recevons de ces enfants-là à travers le web ? Je vous propose quelques pistes de réflexion sur la base de l'analyse sémantique de l'ensemble des résultats visibles de google francophone répondant aux requêtes respectives "intitle:enfant afrique", "intitle:enfant asie" et "intitle:enfant europe". Trois corpus donc parlant de ces "trois enfants" : pour simplifier,  les corpus  "Afrique", "Asie" et "Europe".

Les trois graphiques ci-après présentent la répartition des taux d'occurence des différents groupes sémantiques intéressants à analyser.  J'ai choisi de construire trois graphiques afin de faciliter un peu la lecture des résultats.

le_thème_de_l'enfant_sur_google_afrique,_asie_europe_graphique_1.png
le_thème_de_l'enfant_sur_google_afrique,_asie,_europe_graphique_2.png
le_thème_de_l'enfant_sur_google_afrique,_asie,_europe_graphique_3.png

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

D'abord observons que :

1. les corpus "Afrique" et "Asie" présentent en commun l'usage significatif des sept groupes de références sémantiques suivants : "les photos et les images" (comme pour signifier un besoin de faire voir, de montrer : exemple des images d'enfants affichés pour montrer la famine, la maltraitance, etc.") ; "les associations, ong et clubs" ; "les organisations internationales" ; "l'aide, l'assistance et la solidarité" (notons une insistance plus forte pour le corpus "Asie", sans doute en écho des catastrophes naturels et humanitaires qui ont frappé l'Asie ces dernières années) ; "aliments et alimentation" (notons une insistance plus forte pour le corpus "Afrique") ; "le travail des enfants, l'exploitation des enfants, l'esclavage dit moderne" (notons une insistance plus forte pour le corpus "Afrique"), et enfin, "la musique et les chants" (notons là encore une insistance plus forte pour le corpus "Afrique", sic !!!") ;

2. les corpus "Asie" et "Europe" partagent l'usage significatif des quatre groupes de références sémantiques suivants : "la famille" ; "les femmes" (on connaît l'importance de la famille et des femmes en particulier pour les enfants) et "les vêtements et chaussures". Notons toutefois que ces trois groupes sont un peu plus présents dans le corpus "Europe" que dans le corpus "Asie". Enfin, "religions" (avec une insistance plus forte pour le corpus "Asie") ;

3. les corpus "Afrique" et "Europe" ne partagent, de façon significative, qu'un seul groupe de référence sémantique : "santé/maladies" (avec toutefois une insistance plus forte pour le corpus "Afrique". D'ailleurs, d'une façon générale, c'est en Afrique que les questions de maladies, de santé infantile notamment et de soins sanitaires sont les plus criantes à cause de plusieurs manques : médicaments, infrastructures sanitaires, personnels de santé, etc).

Ensuite observons que :

1. à la différence des corpus "Asie" et "Europe", le corpus "Afrique" présente un usage singulièrement significatif des groupes de références sémantiques suivants : "crimes, délits et violences" (y compris, excision en particulier) ; "vie et mort" ; "enfants soldats" (enrôlés dans différentes guerres en Afrique, je cite : Burundi, Côte d'Ivoire, République Démocratique du Congo, Libéria, Somalie, Soudan, Ethiopie, Erythrée, Rwanda) ;

2. à la différence des corpus "Afrique" et "Europe", le corpus "Asie" présente un usage singulièrement significatif des groupes de références sémantiques suivants : "école, éducation et formation" ; "adoption" ; "victimes, catastrophes" (allusion notamment aux victimes des récentes catastrophes naturelles et humanitaires en Asie) ; "sexe et sexualité" (référence au tourisme sexuel, la prostitution) ;

3. enfin, à la différence des corpus "Afrique" et "Asie", le corpus "Europe" présente un usage singulièrement significatif des groupes sémantiques suivants : "Droits - Lois -Conventions" (comme pour souligner l'importance accordée aux droits des enfants) ; "les instances politiques" (implication des ministères, parlements nationaux et européen, etc.) et "jeux et loisirs" (y compris "cadeaux"). C'est l'occasion de souligner un paradoxe : comment concilier que l'enfant est un être de droit, grâce aux droits des enfants, et qu'il est dépendant de l'adulte ? Le débat "occidentalo-occidental" sur "l'enfant-roi", devenu "l'enfant-proie" (puisqu'il est devenu un consommateur privilégié), n'est-il pas un des aspects de ce paradoxe ? Vaste sujet de droit et des sciences de l'éducation...

L'analyse des trois corpus (sur "l'enfant en Afrique", "l'enfant en Asie" et "l'enfant en Europe") révèle, on le perçoit bien, des différences significatives de représentations que chacun pourra interpréter, commenter librement.

Pour ce qui est, en particulier, de la représentation que l'on se fait de "l'enfant en Afrique", c'est clairement l'image d'un enfant dont la vie ne doit pas être facile. Il est significativement montré, perçu et mis en scène dans les fragments de discours analysés comme un enfant exposé à des problèmes lourds et divers : problèmes de santé, problèmes de famine et de malnutrition, problèmes de violences et d'exploitations diverses, enfant des rues, enfant soldat, enfant livré à lui-même, enfant manipulé et exploité par les adultes... enfant dont le sort repose, ultime recours, sur l'aide, l'assistance et la solidarité citoyennes, nationales et internationales (d'où aussi l'insistance sur les associations, les ONG et les organisations internationales). Autant dire qu'on est bien loin, très loin de l'image de l'enfant KIRIKOU, ce dessin animé à grand succès en France et en Afrique.

Tout acte de communication fait implicitement présomption de sa propre pertinence :

« Demandant l’attention d’autrui, tout communicateur donne à entendre que son message est pertinent. La tâche du destinataire est alors de construire une interprétation du message propre à confirmer cette présomption de pertinence. » (Sperber et Wilson. Relevance : Communication and Cognition 1986)

Chers amis internautes, à vos claviers donc ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Cet article est libre de droit. Mais je compte sur votre bienveillance pour citer mon blog (pointer vers moi) en cas de reprise totale ou partielle de son contenu. Merci beaucoup !

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

http://www.wikio.fr

Nombre total de Visiteurs uniques du site depuis Février 2008


Afrigator

20/10/2008

Paysans et pays sur Google : Burkina Faso, Mali, Sénégal

ImageForPaysan.jpegQue contiennent les résultats de Google.fr relatifs aux requêtes "intile:burkina paysans", "intitle:mali paysans" et "intitle:sénégal paysans". Vous l'aurez compris, je cherche à savoir, pour chacun des trois pays cités (Burkina Faso, Mali, Sénégal), ce qui, dans les résultats visibles de Google.fr, est mis en scène lorsqu'on parle des paysans. Pourquoi cela m'intéresse tant ? Eh bien, pour deux raisons : la première est affective, personnelle. Je suis le fils d'un paysan et d'une paysanne d'Afrique des villages. La deuxième, au-delà des considérations personnelles, tient au fait que je pense qu'il est vraiment urgent d'attirer l'attention sur les paysans africains toujours stigmatisés mais longtemps ignorés dans les programmes d'aide au développement des pays africains. Ces braves paysans africains qui ont toujours vécu à la sueur de leur front depuis des millénaires et qui, aujourd'hui, selon une formule qu'affectionnait un célèbre homme politique burkinabè, ont juste besoin de "l'aide qui les aide à se passer de l'aide" pour aménager leur environnement et asseoir de façon maîtrisée leur développement durable.

Le premier graphique ci-après présente la répartition des "actants" (qui ont pouvoir d'action) qui sont mis en scène dans les trois corpus de résultats-Google relatifs aux trois requêtes utilisées :"intile:burkina paysans", "intitle:mali paysans" et "intitle:sénégal paysans".

paysans_burkina_mali_senegal_sur_google_fr.png

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

Le deuxième graphique ci-après présente la répartition des "actés" (objets sur lesquels ont peut agir) qui sont mis en scène dans les trois corpus de résultats-Google relatifs aux trois requêtes utilisées : "intile:burkina paysans", "intitle:mali paysans" et "intitle:sénégal paysans".

paysans_burkina_mali_sénégal_sur_google_fr(2).png

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

Ces deux graphiques permettent de faire les observations suivantes :

1. D'une façon générale, les associations (dont les organisations paysannes) et les ONG d'une part, le triptyque "eaux terre arbres" d'autre part, sont les références les plus saillantes.

Mais si on regarde dans le détail on s'aperçoit que :

2. les références "associations ONG", "aide solidarité", "techniques technologies", "chimie-bio-génétique" (référence à l'usage des engrais, aux autres fertilisants et aux OGM en particulier) et "formation et apprentissage" sont nettement plus accentuées dans le "corpus Burkina Faso" que dans les "corpus Mali/Sénégal" ;

3. les références "banque finance" (le micro-crédit), "chercheurs experts" et "semences" (les semences paysannes notamment) sont nettement plus convoquées dans le "corpus Mali" que dans les "corpus Burkina/Sénégal" ;

4. quant au "corpus Sénégal", il se distingue des "corpus Burkina/Mali" par une insistance plus marquée sur le triptyque "eaux terre arbres" et sur les références "instances politiques" (gouvernement, ministères etc.) et "organisations internationales".

Il apparaît donc que les mises en scènes référentielles inscrites dans les trois corpus présentent des accents singuliers qui révèlent, à mon sens, des différences d'approche face aux problématiques paysannes.

Quelques exemples significatifs à titre illustratif :

- Suite à un engagement pris avec le gouvernement américain il y a de cela 4-5 ans, le Burkina Faso est devenu, depuis juillet 2008, le troisième producteur d'OGM (organismes génétiquement modifiés) en Afrique, après l'Afrique du Sud et l'Egypte. En effet, au début juillet 2008 l'Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles du Burkina (INERA) et MONSANTO ont signé un accord commercial qui organise l'importation de semences transgéniques destinées à être reproduites en champ. Le gouvernement burkinabè a même affiché son intention de procéder à partir de 2009 à la généralisation du coton transgénique, après des tests jugés probants de variétés locales génétiquement modifiées. La COPAGEN Burkina (Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africain) a demandé un moratoire de 5 ans, soulignant le danger que représente les OGM pour la santé, les terres, la vie des générations à venir et le risque de mettre leur production sous dépendance. Mais, il faut savoir qu'en ce qui concerne le coton en particulier, le Burkina Faso en serait le 2ème producteur d'Afrique derrière l'Egypte. Il ferait vivre 20%de la population, rapporterait 60% des recettes d'exportation et représenterait un quart du PIB burkinabè. C'est dire que ce secteur n'est pas anodin pour l'économie du pays...

- Du 17 au 21 février 2007 s'est tenu à Bamako - Mali un atelier organisé par la CNOP (Coordiantion Nationale des Organisations Paysannes du Mali), l'association BEED et l'IIED (Institut International pour l'Environnement et le Développement) : "Privatisation des semences, quels enjeux pour l'Afrique de l'Ouest ?" A l'issue de cet atelier, les participants déclaraient : "Nous paysans, éleveurs nomades et représentants de la société civile et des mouvements sociaux et environnementaux de 17 pays, principalement d'Afrique de l'Ouest, avec des représentants d'Afrique du Nord, d'Amérique du Sud et d'Europe [...] décalarons : soutenir l'utilisation des semences paysannes pour la souveraineté alimentaire [...] interdire les OGM sur le sol d'Afrique [...] favoriser les échanges entre paysans et les innovations paysannes [...]" (Déclaration intitulée : "Semences paysannes, fondement de la souveraineté alimentaire en Afrique" ; c'est moi qui souligne).

- "Eaux arbres terres", un équilibre précaire en zone sahélo-saharienne. Quand il n'y a pas d'arbres, l'eau se fait rare. L'eau de pluie ne restera pas dans le sol, surtout en zone sahélienne. Elle s'évaporera rapidement dans l'air, ou se déplacera sur la surface du sol, entraînant avec elle la terre arable. Le sol deviendra pauvre et infertile. Tel est le processus de la désertification. Selon les experts, cette désertification a fait perdre au Sénégal près de 2 millions d'hectares de terres arables. Ce n'est donc pas pur harsard si le Sénégal a accueilli le siège de la Commission de coordination d'un ambitieux projet panafricain : le projet de la Grande Muraille Verte (GMV). C'est un projet  de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad) qui est soutenu par l'Union africaine. Il s'agit d'un vaste programme de reboisement qui ira de Dakar à Djibouti. Cette bande verte fera 15 kilomètres de large et 7000 kilomètres de long. Elle traversera le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Soudan, l'Erythrée et finira à Djibouti. Le projet prévoit également la construction de 80 bassins de rétention par pays traversé et l'introduction d'animaux sauvages dans la végétation qui sera formée.

Je n'ai pas l'outil de mesure pour savoir si cette Afrique-là est "assez entrée dans l'Histoire". Je suis cependant sûr d'une chose : cette Afrique-là est loin d'être figée, immobile, fataliste, pleurnicharde sur son sort. Non, il s'agit d'une Afrique qui se projette  et qui bouge, qui cherche des solutions à ses problèmes. Croyez-moi, cette Afrique-là n'est pas du tout empêtrée dans une prétendue crise identitaire, dans l'obsession d'un passé supposé glorieux ou d'un paradis perdu.  Je vois là une Afrique en quête et en désir d'un avenir meilleur. Il s'agit d'une Afrique en lutte et en éveil sur ses réalités. Cette Afrique-là, si elle a besoin d'accompagnement concret et efficace, de solidarité humaine tout simplement, elle a aussi besoin qu'on la respecte un peu.

Tout acte de communication fait implicitement présomption de sa propre pertinence :

« Demandant l’attention d’autrui, tout communicateur donne à entendre que son message est pertinent. La tâche du destinataire est alors de construire une interprétation du message propre à confirmer cette présomption de pertinence. » (Sperber et Wilson. Relevance : Communication and Cognition 1986)

Chers amis internautes, à vos claviers donc ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Cet article est libre de droit. Mais je compte sur votre bienveillance pour citer mon blog (pointer vers moi) en cas de reprise totale ou partielle de son contenu. Merci beaucoup !

 

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

http://www.wikio.fr

 

Nombre total de Visiteurs uniques du site depuis Février 2008

 

06/10/2008

Burkina Faso Versus Côte d'Ivoire sur Afrik.Com

DrapeauBurkina.pngDans quels univers sémantiques sont inscrits le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire dans les articles d'AFRIK.COM ? YDrapeauRCI.png a-t-il des différences significatives dans la mise en scène référentielle concernant ces deux pays voisins d'Afrique de l'Ouest ?

Pour votre information, AFRIK.COM est un Quotidien d'information en ligne sur l'Afrique et le Maghreb. Sur le site www.afrik.com il est dit qu'AFRIK.COM est "devenu la référence de l'information quotidienne sur le continent, référencé en tête par Google, fréquenté mensuellement par plus d'un million d'internautes". AFRIK.COM affiche comme premier objectif "d'ouvrir une large porte sur le web pour les sociétés et les cultures africaines", et comme second objectif de "mettre en avant les médias d'Afrique, les créateurs africains, les peuples africains".

Pour les besoins de l'analyse, j'ai constitué deux corpus de texte : le corpus "Burkina" regroupant les 600 résultats les plus pertinents renvoyés par le moteur de recherche personnalisé d'articles d'AFRIK.COM à la requête "burkina" et le corpus "Côte d'Ivoire" regroupant quant à lui les 600 résultats les plus pertinents renvoyés par le moteur de recherche personnalisé d'articles d'AFRIK.COM à la requête "côte d'ivoire". L'analyse sémantique effectuée porte uniquement sur les titres et les résumés.

Le graphique ci-après présente la configuration de onze (11) univers de références retenus pour comparer les deux corpus de texte : corpus "Burkina" Versus corpus "Côte d'Ivoire".

burkinaCoted'ivoireAfrikCom.png

 

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

Observations :

1. Le corpus "Burkina" se singularise par une insistance nettement plus marquée sur :

- la "culture, le culturel" : univers de référence qui renvoie aux arts et aux artistes (dont le Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou - SIAO), à la musique, au cinéma et aux cinéastes (dont notamment le Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou - FESPACO), etc. ;

- la "santé" : univers de référence qui thématise par exemple l'épidémie de méningite et les besoins de vaccination, le problème du sida, la question de l'excision, les problèmes de la lèpre et des lépreux, du paludisme et autres maladies.

- l'"éducation-formation" : univers qui pose la question de l'éducation/formation notamment à travers les thématiques de l'école, de l'université, des élèves/étudiants et des enseignants.

2. Le corpus "Côte d'Ivoire" quant à lui se singularise par une insitance nettement plus marquée sur plusieurs références sémantiques :

- d'abord notons le paquet de références regroupant : "crises conflits sécurité", "politique", "droit justice", "vie et mort", et "paix" qui renvoient clairement au contexte de crise politico-militaire qui a secoué la Côte d'Ivoire depuis la tentative de coup d'Etat de 2002 menée par Guillaume Soro et ses amis contre le président Laurent Gbagbo. On sait que les rapports entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso s'étaient sérieusement détériorés à cause de cette crise que le régime ivoirien attribuait en partie au Burkina Faso voisin, soupçonné d'avoir porté appui aux rebelles des Forces Nouvelles dirigées par Guillaume Soro. Mais les tensions entre les deux pays se sont apaisées lorsque, sur proposition du président Gbagbo, le président burkinabè Blaise Compaoré a accepté de se poser en "facilitateur" du dialogue inter-ivoirien. Ce qui a permis de réunir les principaux protagnistes du conflit ivoirien dont notamment le pouvoir et les dissidents, qui ont signé l'Accord politique de Ouagadougou (capitale du Burkina Faso) en mars 2007. Ce texte définit les bases du processus de paix devant sortir la Côte d'Ivoire de sa crise politique et a porté à la primature le chef des Forces Nouvelles Guillaume Soro dans une optique de réconciliation nationale.

- "écologie pollution" : univers de référence qui pointe précisément l'affaire du probo-koala (voir aussi Vidéo sur DailyMotion). En août 2006, ce navire dénommé "probo-koala" avait déchargé plus de 500 tonnes d'un mélange toxique. Une société ivoirienne avait ensuite déversé à l'air libre ces produits pestilentiels et dangereux. Dix sept (17) personnes en sont mortes et des milliers d'autres ont été intoxiquées. Certains sites de déversement des déchets toxiques n'ont toujours pas été dépollués. A suivre, le procès des déchets toxiques du navire Probo-Koala s'est ouvert lundi 29 septembre 2008 à Abidjan en Côte d'Ivoire.

- la thématique "agriculture plantation" : qui renvoie notamment à la production du café et du cacao. En effet, l'agriculture ivoirienne, qui contribue à hauteur de 70% aux recettes d'exportation, est marquée par la domination du binôme café-cacao qui représenterait 40% des recettes d'exportation et 20% du PIB et ferait vivre six (6) millions d'Ivoiriens avec environ 600 000 exploitations en activité. Grâce à l'efficacité dans le secteur agricole, la Côte d'Ivoire occuperait, à l'échelle mondiale, la place de premier producteur de cacao et septième pour la production du café (voir Economie de la Côte d'Ivoire sur Wikipédia).

- enfin le "sport" : Cet univers de référence renvoie notamment, on s'en doute, au football, sport roi en Côte d'Ivoire, comme il l'est un peu partout en Afrique en particulier. On connaît la grande passion des Ivoiriens pour le football, pour leur équipe nationale et pour la grande vedette internationale Didier Drogba (page Wikipédia sur Drogba ; Site officiel de Drogba)

Tout acte de communication fait implicitement présomption de sa propre pertinence :

« Demandant l’attention d’autrui, tout communicateur donne à entendre que son message est pertinent. La tâche du destinataire est alors de construire une interprétation du message propre à confirmer cette présomption de pertinence. » (Sperber et Wilson. Relevance : Communication and Cognition 1986)

Chers amis internautes, à vos claviers donc ! Vos commentaires sont les bienvenus !

 

Cet article est libre de droit. Mais je compte sur votre bienveillance pour citer mon blog (pointer vers moi) en cas de reprise totale ou partielle de son contenu. Merci beaucoup !

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

http://www.wikio.fr

 

Nombre total de Visiteurs uniques du site depuis Février 2008

 

02/10/2008

Union africaine : quelle image sur Internet ?

DrapeauUnionAfricaine.gifSuite à une précédente note que j'ai faite sur "L'afrique et l'Europe sur Google", des visiteurs (qui sont de DrapeauUnionEuropeenne.pngplus en plus nombreux : MERCI !!!) m'ont écrit pour me demander une analyse centrée plus précisément sur "L'union africaine" versus "L'union européenne". J'ai donc constitué deux corpus de textes : l'un regroupant les résultats-google en réponse à la requête intitle:"union africaine" (les 529 résultats fournis par Google) et l'autre regroupant les résultats-google répondant à la requête intitle:"union européenne" (les 600 premiers résultats fournis par Google). Prélèvement effectué le 01/10/2008.

Le graphique ci-après présente le poids relatifs de neuf (9) références sémantiques retenues pour les besoins de l'analyse.

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

Que peut-on en dire ?

1. Le corpus "Union africaine" se singularise par une insistance nettement plus importante sur les références "crises conflits sécurité", "organisations internationales" et "débats conférences".

2. Quant au corpus "Union européenne", il se singularise par une insistance nettement plus importante sur les références "politique", "droit et justice", "éducation/formation", "économie" et "culture culturel".

Tout se passe donc comme si l'organisation "Union africaine" se donnait à voir sur Internet au travers de "débats" où dominent des questions relatives à des crises, des conflits et des problèmes de sécurité d'une façon générale avec une forte implication des organisations internationales (ONU, Ligue arabe, Unesco, Unicef, OMC, Banque Mondiale etc.).

Quant au corpus "Union européenne", il donne à voir une "organisation politico-juridique" (l'Union européenne en l'occurence) confrontée à des enjeux socio-économiques (économie, éducation et formation notamment) et culturels.

Autrement dit, l'Union africaine présente sur Internet une image bien plus négative que l'Union européenne. On connaît le tort fait à l'Afrique par ce boulet qu'elle traîne d'un continent marqué du sceau des conflits et de l'insécurité.

Tout acte de communication fait implicitement présomption de sa propre pertinence :

« Demandant l’attention d’autrui, tout communicateur donne à entendre que son message est pertinent. La tâche du destinataire est alors de construire une interprétation du message propre à confirmer cette présomption de pertinence. » (Sperber et Wilson. Relevance : Communication and Cognition 1986)

Chers amis internautes, à vos claviers donc ! Vos commentaires sont les bienvenus !

Cet article est libre de droit. Mais je compte sur votre bienveillance pour citer mon blog (pointer vers moi) en cas de reprise totale ou partielle de son contenu. Merci beaucoup !

Blogueurs, visitez un super site qui en vaut le coup, parole d'O.S., animateur de Webthemic, cliquez vite ICI !!!

300 Visiteurs Gratuits par heure !

http://www.wikio.fr

 

Nombre total de Visiteurs uniques du site depuis Février 2008

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu